UN HASARD

December 15, 2018

 

Il y a quelques semaines, j'étais à Bruxelles pour une séance photo. J'étais en retard car j'avais eu du mal à sortir du lit à cause des douleurs.  Depuis fin septembre, j'ai le retour des douleurs articulaires qui est assez dur à gérer physiquement et moralement. D'ailleurs merci pour vos messages car vous me laissez souvent des mots d'encouragement et de soutien.

 

Étant à Bruxelles,  en retard  et paumée; j'étais parvenue à descendre au bon arrêt de tram sans pour autant prendre la bonne sortie. Je me suis retrouvée dans un coin de la capitale qui me semblait familier mais sans trop savoir comment. Je me suis mise à faire confiance à mon instinct. Je sentais que je n'étais pas loin du lieu de rendez-vous mais tout de même stressée car j'étais déjà très en retard.

 

Comme je ne fais jamais les choses à moitié, j'avais également une envie pressante. Je me trouvais dans une zone résidentielle. Je me disais...c'est bon, je suis foutue. Je vais me faire pipi dessus. Il n' y a pas de café pour demander de toilette.  En serrant les fesses et pressant le pas...je me suis tout à coup retrouver devant un hôpital. En y rentrant, j'ai eu une sensation de déjà-vu. A ce moment-là, je ne regardais que mes pieds car je me dandinais étant donné mon envie pressante. En relevant la tête pour trouver le fléchage des toilettes. Je me suis mise à rigoler toute seule, pas trop non plus car je ne devais pas me pisser dessus.

 

 

 

Arrivée aux toilettes, je me suis soulagée et en sortant, je me suis rappelée que c'était l’hôpital où j'avais dit " Au Revoir " à grand-mère. En sortant de l'hôpital, j'étais de nouveau énergique et confiante bien que toujours en retard.  Je me disais ça en valait le coup. Au détour d'un pipi, j'ai eu cette belle surprise, ce hasard.

 

Cette fin d'année est pour moi assez confrontante physiquement c'est la saison où mes douleurs sont clairement insupportables. A force les douleurs altère mon moral mais cette année...c'est un peu plus hard.

 

2019 sera l'année des anniversaires " symboliques", j'aurais 30 ans un cap de dingue qui me mets en joie mais ça fera aussi 20 ans que j'ai perdu Papa et 10 ans pour la disparition de Grand-mère. Deux figures importantes de mon éducation, de ma sécurité/stabilité affective...deux personnes qui (ont) compt(é)ent pour moi.

 

Le cap de 2019 me met dans une profonde mélancolie voir dans une tristesse que j'ai ces dernières semaines un peu de mal à retenir. Comme cette sensation d'être orpheline et avec un date qui te le rappelle. Je me revois à seulement 10 ans pleurer Papa partout dans mon lit, son bureau, les escaliers, à l'école, à la danse...partout. Mon monde m'avait quitté et il ne me restait rien. Et là, 20 ans plutard...je suis toujours de ce monde. je ne pleure plus partout son absence. J'ai très souvent le sentiment qu'il est là mais d'une autre manière.

 

Les moments où je pleure encore comme une Madeleine Papa sont moins fréquents. Je pense qu'on ne fait jamais vraiment le deuil de quelqu'un. C'est pour cette raison que j'ai beaucoup de mal à trouver les mots pour les autres car j'ai malheureusement appris que le deuil est un état continu. C'est comme un courant d'air qui passe de temps en temps dans votre vie parfois de manière plus forte ou plus douce selon votre état d'esprit et votre calendrier de la vie.

 

 

 

 

Lors des naissances de mes neveux ou nièces, le courant d'air est plus ravageur. L'une de mes sœurs est en fin de grossesse et je pense à lui, à sa fille qui arrive, à ma grand-mère et à la force ma sœur d'avoir cette pulsion de vie. 

 

2019 sera un challenge émotionnel pour moi, j'ai l'impression que part ce détour par l'hôpital, c'est Yvonne, Grand-mère qui a voulu me manifester sa présence.  C'est qu'une interprétation mais ça m'a tellement fait du bien de me perdre dans ce quartier si familier.

 

En presque 20 ans, j'ai appris à vivre avec cette absence physique d'abord par un déni, je parlais toujours de Papa au présent et omettait de dire que je n'avais plus de papa. Le dire rendait son décès réel puis en perdant Grand-mère 10 ans après, à 20 ans...j'ai me suis dit qu'elle avait enfin retrouvé son fils et que je devais également accepter que son fils, mon papa n'était plus là. En débutant le deuil de Grand-mère, j'ai aussi digérer celui de mon Papa et d'une certaine filiation.

 

Je ne sais pas si j'aurais des enfants mais je serai tellement heureuse si je parvenais à leur laisser ma mort autant de présence et d'amour que ces deux personnes m'ont offert.  J'ai vécu 6 ans avec mon papa et 16 ans avec ma grand-mère...quand je compte, j'ai plus vécu sans eux, qu'avec eux.

 

Pourtant ils m'ont donné une sécurité et une stabilité affective que je parviens généralement à penser à eux avec le sourire, voir des rires, beaucoup de tendresse et peu de révolte. Une connaissance m'a dit une fois :  " Tu as de la chance, toi tu as perdu ton père tôt. Tu ne t'en es pas vraiment rendu compte. A 20 ans, tu vois on se rend un peu plus compte de ce qu'on perd.  "

 

 

Je lui ai répondu : " Je ne crois pas quoi qu'on puisse graduer ou quantifier la douleur. On fait ce qu'on peut à tout âge. " Alors ce petit texte est encore une fois très personnel mais je vous le dis souvent dans cette part de personnel...il y a une touche d'universel qui vous parlera ou pas. En ce samedi matin, je crois j'avais besoin de poser ces mots-là pour  faire mon clin d’œil ou mon câlin à Georges & Yvonne  parce en cette fin d'année, ils sont particulièrement présents dans ma tête et mon cœur. Je ne suis pas croyante mais j'ai toujours cru que les personnes que nous perdons parviennent bizarrement à nous accompagner dans notre parcours de vie.  Alors je remercie simplement des compagnons de route de me permettre de prendre la mesure de la chance d'être vivante physiquement et moralement.

 

 

Je vous souhaite un bon samedi et je vous embrasse à bientôt !

 

Marianne

 

xxx

p.s : les photos sont personnelles et choisies au feeling, elles n'ont aucun rapport direct avec le texte. Elles résonnent juste en moi et fonctionnent avec mes mots.

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • LinkedIn - Black Circle
  • Black Facebook Icon
  • YouTube - Black Circle
  • Black Instagram Icon
  • Twitter - Black Circle
  • Black Pinterest Icon

© 2016/2019 by MULAKOZè. Proudly created with Wix.com