INTRO A LA SLOW FASHION

February 22, 2019

" Valoriser l'art de la tentative " de Vanessa BRIAS

 

 

 

 

J'ai entendu cette phrase et beaucoup d'autres pleines de bon sens ce matin en écoutant le podcast " Sois gentille, dis merci et fais un bisou " . Depuis quelques mois, je suis assez friande des podcast car ça me permets d'apprendre autrement en écoutant des parcours de personnes connues ou inconnues sur des thématiques diverses et variées tout en travaillant, souvent je couds en écoutant un podcast.


Je voulais démarrer cet article avec cette phrase d’accroche car je trouve que ça résume plutôt bien LA SLOW FASHION.

Aujourd'hui, revenons à la bas. Je lance souvent ce mot dans mes articles, mes vidéos, mes posts Facebook ou Instagram et mes interviews. Hier, j'ai été à une rencontre du stylisme sur la slow fashion et l'éco-conception à Namur (organisée par le Comptoir des Ressources Créatives de la Ville)...et l'une des questions essentielle de la soirée était LA SLOW FASHION C'EST QUOI ?

 

 

C'est un peu devenu un mot " four-tout " ou tendance voir même une marque à part entière.  Étant bordélique ( après deux ans de blog ), je me suis dit qu'il serait bon de redémarrer notre réflexion par la base : UNE INTRODUCTION A LA SLOW FASHION non exhaustive et assez personnelle ( n'hésitez pas à la compléter par vos savoirs, je n'en ai pas le monopole ;-)).

 

Pour moi, la SLOW FASHION est un mot valise qui rassemble énormément de démarches : éthique, sociale politique, professionnelle ,innovante et collective.

 

1) C'est une démarche qui ne se fait pas du jour au lendemain. Elle n'a pas besoin d'être justifiée. Si on décide de se lancer, nous n'avons aucun compte à rendre. 

 

2) Démarche du Colibri, l'idée que par nos petits gestes même " débiles " on participe à quelque chose de plus grand que nous et de collectif. Je vous le dis souvent " Dans nos individualités,  il y a une part d'universel qu'on le veuille ou non "

 

3) C'est une envie ou/et un besoin de redéfinir une industrie textile qui ne  nous correspond plus car nous sommes nombreux à en avoir marre de voir des reportages, des films, des témoignages, etc. En nous disant " Punaise, ma garde-robe est vraiment pourrie" " C'est chaud de continuer dans cette direction ! " " J'ai envie de soutenir les personnes derrière ses fringues, STOP marre qu'on les prenne pour des cons et moi aussi ".

 

SLOW FASHION est un concept né dans les années 80/90 pour déjouer cette opulence dans laquelle on vit. Une envie de ralentir le tempo, prendre le temps de reprendre conscience de ce qu'implique l'achat d'un vêtement. Depuis plus de 15ans, nous baignons dans une mode qui présente en moyenne des collections différentes toutes les 3 semaines. Cette mode est dorénavant synonyme de grand groupe pour une majorité de la population, elle a gommé voir fait disparaitre de nombreux métiers du textile car elle crée une uniformisation. Où les créateurs passent plus leur temps a observé les concurrents qu'à se demander pourquoi, pour qui et comment ils créent ses habits.

 

4) Dans cette nébuleuse Slow Fashion , il y a une section qui se pose plus des questions sur l'humain qui confectionne les vêtements. Cette personne est-elle payée à la hauteur du travail fourni ? Travaille-t-elle dans des conditions descentes ? A-t-elle des horaires convenables ?  Puisqu'un moment, il faut selon moi arrêter de faire l'autruche et retirer sa tête ensevelie dans le sable. Aie-je réellement envie de fermer les yeux sur le fait que des hommes et des femmes passe 20H par jour à coudre une veste que je porterais 3fois dans ma vie ? Aie-je envie d'avoir un t-shirt jaune ou rose fluo teint avec des produits pourris par un adolescent sans protection ? Aie-je besoin de ce jean troué chimiquement par un homme qui gratte ce tissu et respire ces vapeurs inutilement ?  C'est aussi ça cette mode qui tape du point sur la table, qui écoute les manifestantes  et manifestants du bout du monde qui ont une voix et une vie qui vaut le coup tout comme moi. Je ne suis personne pour leur enlever ça.  

Alors oui, je vais peut-être acheter plus cher, étant donné que  j'achète moins, ça ne tuera pas mon existence. 

 

 

5) On parle aussi de Prix sur l'étiquette, la marque VEJA est une marque slow fashion qui a fait des choix, celui de ne pas mettre des milles et  des cents dans la publicité car elle ne pouvait pas à la fois payer ses ouvrières, ses matières premières plus qualitatives, ses producteurs quand d'autres marques classiques font le choix de privilégier la pub à hauteur de 30% de leur budget. La slow fashion est un courant assez jeune dans l'histoire de la mode, elle répond à une nécessite environnementale et humaine de créer UN BIG BANG dans le secteur et ces particules qui ont explosées, vont reconstruire/recréer d'autres choses et ça prend du temps. 

 

6) Passer de consommateur à consomm-acteur, se rendre compte sans culpabiliser de ne pas avoir toutes les réponses à cet instant T. Les choses sont progressives. La vie, c'est exactement ça, se créer de nouvelles connaissances, les assimilées, les transmettre, les partager, les faire évoluer en étant conscient. Je compare souvent le système économique dans lequel j'ai grandi à un escalator qui me propulse dans la vie. J'y ai été mise enfant, adolescente et à 18 ans...on m'a dit que je pouvais un peu plus faire entendre ma voix. Choisir de marcher plutôt que d'utiliser l'escalator.

 

La SLOW FASHION a des porte-paroles. Il y a Vivienne Westwood qui s'engage publiquement pour changer notre manière de voir la mode avec cette célèbre phrase " Buy Less, Choose Well " ( Acheter moins, Choisir Mieux ). Livia Firth  qui a créé ECO-Age et Green Carpet Challenge & Award. Active sur plusieurs tableaux, elle fait du consulting pour aider, accompagner à la transition des marques et groupes classiques qui souhaitent changer les choses. C'est bien de taper sur les doigts des groupes comme H&M, Zara, Primark, Esprit, Benetton, Camaieu,etc. Mais soyons honnêtes, les gens n'arrêteront pas d'y aller du jour au lendemain et puis tous n'est pas à jeter dans ces groupes. Alors pourquoi pas rendre " sexy " l'idée de produire autrement. Les Green Carpet Challenge & Award mettent en lumière les stars qui décident de se présenter avec des tenues slow fashion soit par qu'elles portent une matière bio ou innovante niveau consommation d'énergie ou des ressources, soit par qu'elles portent des tenues vintage ou une tenue qu'elles ont déjà porté pour une autre occasion ( ce n'est pas dramatique de porter plusieurs fois la même chose...même pour les Oscars ou le Festival de Cannes, on en meurt pas et on ne perd pas son talent).

 

7) L'envie de se rapprocher du concept " craddle to craddle (du berceau au berceau ). C'est l'idée de créer quelque chose en pensant plus loin que sa simple confection. Pour que chaque étape de sa vie ce produit crée le moins voir pas de déchets et que même sa fin de vie ou sa destruction apporte quelque chose. Ainsi la création est circulaire et crée sans cesse de l'emploi, un nouveau produit, une valeur ajoutée, etc.

 

8) Le déchet de quelqu'un est le trésor d'un autre, se détacher de l'envie d'être le premier qui. C'est la partie du slow fashion qui promeut le seconde main, le recyclage...faire du neuf avec du vieux. Faire de nos déchets, une richesse car il y a déjà bien assez de vêtements et accessoires qui pourraient avoir une seconde vie.

 

9) Penser alternatif, en mutualisant par exemple sa garde-robe avec les systèmes d'échange ou de location de vêtements.  Il y a de nombreux sites ou boutiques qui permettent de porter des pièces onéreuses pour un temps limités. Ainsi, on garde le plaisir de porter des très belles choses inaccessibles en temps normal. Il y a aussi d'autres raisons à cette mutualisation, le refus de posséder ou de ne pas investir pour un vestiaire qui ne durera pas, par exemple lorsqu'on est enceinte ou quand on a un enfant en bas âge. 

 

10) Faire renaitre des vocations et des métiers au niveau local et international. Arrêtez de se voir comme des ennemis mais plutôt comme chacun ses talents selon ce qu'on recherche. Je n'ai jamais eu peur de mettre en avant un créateur dans une interview car nous sommes des concurrents directes. Pourquoi ? Car j'estime qu'il y a de la place pour tout le monde. Il y a 365 jours dans une année, on n'est pas obligé de manger 365 fois des pâtes bolognaises. Alors un brodeur indien,  une couturière liégeoise, une fileuse tunisienne,  un tailleur sénégalais ou un chausseur hongrois ont autant besoin d'être mis en avant et il y a bien assez d'humain sur terre qui doivent se vêtir ou se chausser pour qu'ils aient des revenus.  Sortir du système du " Diviser pour mieux régner " qui donne la possibilité à moins de 10% de population mondiale de régner sur le dos  des 90 autres.  Est-ce ce système qui est porteur et durable ? même si on le connait depuis des lustres...réveillons-nous !!

 

 

 

11) Valoriser la transparence des marques, artisans et entreprises. la transparence est cruciale dans la slow fashion pour être honnête dans la vente de ces articles. Puisque on encourage ou invite le consomm-acteur à changer ses habitudes alors il faut mettre les cartes sur la table car on est partenaire. Il ne faut pas confondre transparence et standardisation...l'idée n'est pas de répondre au même cahier des charges car H&M ou Wattitude ou Moi...on n'a pas les mêmes cartes alors on fait appel à l'intelligence du consommateur car oui, on est moins cons qu'on le croit lorsqu'on décide descendre de l’escalator et de prendre les escaliers. Ce n'est pas une promenade de santé mais franchement, il faut décider de vivre comme on le veux et assumer certaines contraintes et avantages.

 

En conclusion, j'espère vous avoir permis de clarifier le terme SLOW FASHION par le biais de ce pavé. La SLOW FASHION n'est pas sectaire, ce n'est pas que les bobos, les écolos, les riches, les blancs, etc. qui la pratique. Elle est là depuis peu ( est pourtant la base la mode avant l'ère industrielle )et j'espère qu'elle va (re)prendre de plus en plus de place car elle vient d'un impératif humain...celui de vivre tout simplement. Nos garde-robes ne peuvent plus être comme les années 2000 car nous sommes dans un monde globalisé qui suffoque et qu'il est urgent d'inverser la vapeur. Alors sortons nos têtes du sable, soyons intelligents...franchement nous le sommes plus qu'on le croit mais comme tout, il faut mouiller le maillot. Les choses n'arrivent pas comme par magie.

 

Je vous souhaite un très bon week-end, j'ai beaucoup aimé écrire cet article...j'espère que vous aurez plaisir à le lire.

 

 

Photos de Lynn Vanwonterghem - LOOk : Veste Pimkie ( seconde main) - Chemise seconde main ( Boutique JIPEX Chaussée d'Ixelles 75 à Bruxelles) - Pantalon seconde main ( Boutique Rue Féronstrée à Liège) - Chaussures Adidas NEON ( collection 2016) - Sac Sacha ( Acquisition d'ado) - Boucles d'oreilles Jardin de Jade

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

  • LinkedIn - Black Circle
  • Black Facebook Icon
  • YouTube - Black Circle
  • Black Instagram Icon
  • Twitter - Black Circle
  • Black Pinterest Icon

© 2016/2019 by MULAKOZè. Proudly created with Wix.com