top of page

MULAKOZè a 7 ans

Hello toi,


Qui prend le temps de me lire, de passer voir mon contenu divers et varié.

J'espère que tu vas au mieux ! En tout cas, je te le souhaite. J'ai conscience que le changement de saison, la luminosité du jour qui diminue, l'actualité internationale, les soucis plus ou moins conséquents du quotidien peuvent ( peut-être) te paraître insurmontables et en toute sincérité...je n'ai aucune baguette magique par rapport à tous ces faits qui t'influencent.



J'ai juste envie de te dire de donner ton énergie où tu te sens de le faire, de chercher des solutions ou des outils qui te permettraient de solutionner ce qui est possible de ta place ( en t’éduquant car on apprend sans cesse, en soutenant celleux qui en ont besoin tout autant que toi, en demandant de l'aide, etc.). J'ai aussi envie de te rappeler de veiller sur toi car la route tu es la/le seul.e à la faire de A à Z avec toi-même. Je t'encourage à célébrer ce qui compte pour toi car se célébrer et célébrer ce qui compte est aussi une forme de résistance et de ressource pour les moments moins joyeux.


Évidemment, c'est ce qui fonctionne pour moi ! Je te partage cela au besoin, aucune injonction ni prescription...tu cueilles ce qui te convient.


D'ailleurs, comme on parle de célébration ! Aujourd'hui, je souffle la 7ème bougie du blog, www.mulakoze.com a 7 ans. Ce projet est une renaissance personnelle, une réelle pulsion de vie au moment où ma vie me semblait foutue et sans vie pour le coup. Parce qu'en novembre 2016, je pensais que je ne parviendrai plus à " être" tout simplement. L'errance médicale, la recherche de traitement, l'arrêt de mes projets professionnels et passions, le corps à bout et la solitude profonde...tous ces aspects de ma vie et de mon quotidien à l'époque m'avaient rendu extrêmement déprimée, impuissante et sans aucun but au quotidien.


Il y a 7ans, j'ai pris mon ordinateur portable comme je le fais aujourd'hui. Seulement à cette époque, cette pulsion d'écriture m'est venue du souhait de remonte le fossé dans lequel je me sentais coincée physiquement et moralement. Je l'ai souvent dit en interview, j'ai toujours été une lectrice de blog. J'aime lire cette narration souvent à la 1ère personne, une narration du quotidien qui se propose sans s'imposer. Et je me suis dit pourquoi pas moi ? Je trouvais que j'avais des choses à dire du haut de mes presque 27ans sur ce quotidien qui me bousculait tellement que je me sentais déraciner.


" MULAKOZè " signifie MERCI en kinyarwanda phonétique parce que je voulais que les personnes sachent le dire. En kinyarwanda écrit MERCI, s'écrit MURAKOZE. En vrai, il n'y a que les personnes qui connaissent le kinyarwanda qui le disent correctement. J'aurais du l'écrire " MOULAKOZè" car en kinyarwanda le " U " se prononce " OU ". Je ferme cette parenthèse linguistique. MULAKOZè c'est un MERCI à la vie d'être encore là car à cette époque j'avais un besoin urgent de me le rappeler, étant donné mes pensées suicidaires et ma perte de sens. Ce blog est une version du populaire mantra " Fake it, until You make " > " Fais semblant, jusqu'à ce que tu y crois vraiment " et 7 ans plutard, j'y crois vraiment et sincèrement. MERCI à moi, d'avoir fait semblant de croire à ma refondation car maintenant, j'ai des fondations qui me permettent de me sentir vivante, de m'embrasser chaque jour et d'avoir une compassion radicale envers moi pour les divers moments de vie ( merci Marie Dasylva pour ton coaching collectif et ce partage d'expression qui fait tellement écho à la personne que je suis maintenant).


Quand j'écris " signification du 7 " dans la barre de recherche Google. Je découvre que c'est un chiffre qui symbolise la sagesse, il influence l'analyse, la réflexion et la vie intérieure. Ainsi, nous allons démarrer l'année de la sagesse. Je suis curieuse de voir la suite de cette aventure. Je sais que pour beaucoup " le BLOG est mort" mais personnellement, je garde cette attachement à ce format car j'aime lire cette narration et ce partage ordinaire car il y a toujours des choses basiques et utiles à puiser dans nos quotidiens. J'aime être une femme ordinaire car ça ne m’empêche en aucun cas de me sentir extra-ordinaire dans ma vie lambda. Cette 7ème bougie, est une fierté car ces trois dernières années...j'ai eu plus de difficultés à faire vivre le www.mulakoze.com parce que je voyais les chiffres grimper sur les diverses plateformes et je me mettais la pression pour continuer à être dans une croissance, à satisfaire à tout prix mon audience tant pis si la vie privée était de nouveau chaotique.


Cet été, j'ai repris un suivi psy, j'ai repris mes rendez-vous bimensuel chez ma thérapeute parce que je me sentais emprunter une route qui risquait de me ramener dans la même ambiance que fin novembre 2016 et je ne voulais pas être de nouveau dans le fossé. Je voulais m'aider avant ! Je ne sais pas si mes difficultés se sont vues pour toi qui me lit. Ce que je sais en revanche, c'est que le déclic " MULAKOZè " est arrivé cet été et je sais que je suis dans un nouveau cycle bien plus constructif que les trois dernières années. Je pense écrire et filmer sur ce choc existentiel que j'ai vécu surtout qu'il est clairement lié à mon adoption ( ce tiroir existentiel complexe à vivre avec selon moi). Comme nous sommes en novembre, mois des adoptées...je me dis que ça peut être intéressant et utile de partager les divers chapitres par lesquels je suis passée. Parce que pour moi ma vie est un livre que j'écris chaque jour consciemment ou non.


Avec le recul, je sais aussi que je dois me protéger lorsque je partage puisqu'avec l'augmentation de ma visibilité sur les plateformes. J'ai aussi eu la " joie" de découvrir que ma parole et mes partages peuvent gêner certain.e.s. Je l'ai découvert via des messages d'intimidation, le call-out ( pratique de dénonciation publique), des avertissements par rapport à la diffamation...cet envers du décor, j'en parle très peu pour ne pas faire de vague mais je me rends compte que la vague est tout de même là parce que ces diverses vagues selon leur origine et leur légitimité ou non m'ont conduit à un changement assez significatif de ma manière de partager ici comme sur les réseaux sociaux. Je mesure beaucoup plus mes mots, j'examine beaucoup plus ce que je partage ou non et comment je le partage...c'est l'expérience qui m'a amené à cela. Au début, je me disais que j'allais finir par me censurer, maintenant je l'envisage plus comme une façon de partager plus mature.

Je sais que les personnes qui me lisent n'ont pas toutes des intentions constructives, je parle de vécu situé, personnel et parfois tabous en particulier lorsque j'aborde l'adoption internationale et le handicap. Mes articles, mes partages, mes vidéos ne sont pas des épisodes de " gossip " malheureusement des personnes traduisent mon blog et mon travail ainsi. Ainsi, je compte continuer à partager sur ces sujets déjà parce que les principaux acteurs/actrices de ces moments de vie sont au courant de tout ce que je partage. En allant les voir avec des questions intrusives, les personnes cultivant le " gossip " sont plus là pour du voyeurisme. Et je pense sincèrement qu'elleux sont passés à côté du but de ce blog. Et tant pis pour elleux mais je leur souhaitent de ne pas perdre plus de leur temps sur mes contenus. Puis cette culture du voyeurisme encourage l'injonction au silence lorsqu'il y a de la souffrance, des manquements, des agressions, etc. surtout dans la sphère familiale...par loyauté on ne dit rien pour ne pas perdre ce cercle dans lequel on a grandit auquel on pense tout devoir même sa vie parfois.


C'est une des choses que j'ai dit à ma thérapeute, j'ai 33 ans et je prends grandement conscience que ma priorité en matière de loyauté...c'est moi. Ça suffit d'être loyale à tout va pour la famille adoptive " parce que sans eux je ne serais rien", envers la famille biologique " parce que sans eux je n'existerais pas ", envers le compagnon " parce que au moins il m'aime"...en fait qui est loyal envers moi, un moment. Donc, je décide surtout de l'être envers moi. Je pars nullement en vendetta. Je décide simplement d'être dans une compassion radicale qui passe par m'être loyale. Et j'accepte également l'addition si celle-ci conduit à être perçue comme la diffamatrice.



Je souffle cette 7ème bougie avec le sentiment de sortir de 3 ans de dépression, d'être heureuse de ne plus m'excuser d'être même avec mes proches. Je suis OK de les décevoir, je me suis assez faite mal pour ne pas faire de vague. Ce 7ème chapitre de blogging sera plein de sagesse, de vie intérieure et d'analyse personnelle comme collective parce qu'il se passe énormément de choses au-delà de mon nombril et je veux continuer à les apprendre et te les partager. J'espère que ça t' intéressera également. Cette 7ème bougie marque aussi m'ont envie dene plus être dans la " visibilité à tout prix et la croissance des chiffres d'abonnées" car je préfère cultiver et garder des échanges constructifs et m'éloigner autant que c'est possible de la culture du " gossip". Il est impossible de l'exclure en revanche, je tente autant que je peux de ne pas l'alimenter.


Cet article est le premier d'une série de contenu autour de ce 7ème bloganniversaire, je suis pleinement consciente que tu es courageux/courageuses de me lire. Sincèrement MERCI de me lire, d'échanger avec moi, de parler de moi autour de toi, de soutenir mon travail. Je sais que ce blog ne change pas le monde mais il a aidé plusieurs personnes et c'est devenu ma raison de poursuivre celui-ci et jusqu'à carrément l'envisager comme un boulot plein de sens et d'échange. D'ailleurs, je compte faire du contenu sur le fait que mes outils de travail soient à ce point personnel. Comment je fais avec, si cela t'intéresse d'en savoir plus et si tu as des questions n'hésite pas à les partager.


Je vais m'arrêter là après ce roman et je te souhaite le meilleur parce que je me le souhaite aussi et que nous pouvons être nombreux/nombreuse à briller ! Je nous le souhaite grandement !


A bientôt,


Marianne


xxx


Photos réalisées à Lisbonne en fin janvier 2022 - par Eugenia Hanganu - Porte un kimono emprunté pour la séance photo, une de mes robes chouchou achetée, il y a un lustre au moins chez Miscellany ( boutique vintage à Liège) et des boucles d'oreilles TellMee ( marque de bijoux - Mons).

Commentaires


bottom of page