top of page

C'EST MARS...BABY

Coucou,


J'espère que vous allez au mieux !


Voici le premier article de 2023 ou plutôt une vidéo car en ce comment...ce format me plait autant que l'écriture. J'ai très peu de compétences en matière de vidéo mais j'apprécie partager du contenu de cette manière.



Dans cette fameuse vidéo, je vous parle de mon pied droit blessé, une crevasse qui a mal réagi aux températures négatives de ces derniers jours. Je parle peu sur le blog des coulisses " de la vie après des amputations ". Mes pieds sont jusqu'à présent les amputations les plus complexes à surveiller.


D'ailleurs vendredi dernier, j'ai craqué en prenant mon téléphone et postant une story sur Instagram. Cette nouvelle blessure me rappelle le côté chronique et incertain de la cicatrisation de mes amputations. On pense souvent qu'une fois l'amputation ou les amputations réalisée.s. C'est fini ! Mais concrètement, c'est toute une veille qui démarre.


Chouchouter les cicatrices, Veiller à ce qu'elles ne s'infectent pas : dans mon cas, j'ai eu quatre opérations de rectification suites à des plaies infectées qui sont devenues des ostéites. Il faut aussi veiller à être hyper bien chaussé.e et laisser respirer les pieds dès que possible et éviter les coups. Donc je protège mes pieds et mes mains comme une lionne.


Cette blessure pour démarrer le mois, me confronte à cette incertitude malgré tout ce que je mets en place depuis mes huit ans. Cette blessure c'est aussi repenser mes plans personnels et professionnel car ma mobilité va être bousculée le temps que celle-ci cicatrise.


C'est ça la CHARGE SANTÉ d'une personne amputée sans cesse faire au mieux pour faire " sa vie, ses plans " et en même temps garder à l’œil ses cicatrises. Lorsque le membre amputé est mal-en-point tout faire pour le remettre en forme dès que possible et éviter une infection qui ramène l'idée d'une rectification donc nouvelle amputation.


Vendredi dernier, en craquant j'ai extériorisé cette fatigue et ce poids que je ressens parfois sur mes épaules depuis enfant. Toujours gérer le corps, être ultra-vigilante tout en vivant et tentant de ( nouvelles ) expériences, mettre sur pause ses envies ou son programme pour se soigner car il est crucial que garder ce qu'il me reste, garder le moral vu que la guérison passe par là également.


On me demande souvent pourquoi je réfléchis trop...je pense que chaque matin, juste pour mettre en route mon corps...j'ai déjà beaucoup de paramètres à vérifier et surveiller tout au long de la journée. Je ne le fais pas exprès, mon cerveau analyse divers paramètres sans arrêt...c'est juste la VIE D’APRÈS UNE AMPUTATION !


* Cet article n'est pas là pour gagner le plus de point au " concours de la vie la plus pourrie", c'est juste un billet d'humeur de mon début de mois. Écrire et filmer où je me situe en toute transparence. Un envers du décor non sensationnel, juste réel et qui ne s'excuse pas d'exister car hors des normes représentées perçues comme plus faciles pour s'identifier et " valoir" de l'empathie.


Je vous laisse découvrir cette vidéo, ma routine lorsque j'ai une blessure à soigner et sur laquelle veiller. Je vous souhaite une bonne journée et vous dis à très bientôt !


Merci de me suivre dans mes aventures et leur narration, je vous souhaite le meilleur.

Prenez soin de vous, bises

Marianne

xxx





Commentaires


bottom of page